Foire aux bestiaux

 

 

Un endroit qu'il faudrait absolument faire contrôler par la DDPP, la foire aux bestiaux de Bourg En Bresse, « La Chambière » (une visite organisée par notre école).

Une vision cauchemardesque !

Idem que pour l'abattoir, mon état de choc m'a fait oublié de prendre des photos...

Cependant je pense y retourner dès que j'en aurais le courage pour montrer au monde entier la misère innomable qui se trouve dans cette foire.

Des animaux sales, épuisés, blessés, handicapés, maigres, entassés les uns sur les autres dans des enclos fait pour même pas un animal, sans eau, forcés à descendre des camions, battus à chaque instant par le premier imbécile venu muni d'une canne.

Source : internet

Cette vidéo de GAIA est un très bon reflet de ce que j'ai vu

Une autre vidéo représentant la maltraitance présente dans plusieurs foires françaises

 http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoaft_8q.html

Des vaches tellement maigres et déshydratées que leur yeux ressortent de leurs orbites, des bœufs entassés les uns sur les autres, 2 couchés, 3 à cheval dessus essayant tant bien que mal de tenir en équilibre, la langue pendante, soufflant, souffrant.
Des veaux éborgnés, des cornes cassées, des yeux crevés, des blessures à tous les membres, et une chaleur à crever.

J'ai pleuré tout le temps de la « visite », incapable de regarder ces animaux dans les yeux, tellement je me sentais impuissante devant tant de mépris pour des êtres vivants. J'ai même appelé ma mère pour lui demander le numéro de la SPA...

J'ai vu une vache tendre le cou autant qu'elle le pouvait, en sortant sa petite langue pour atteindre un abreuvoir vide et hors de portée, les yeux plein d'espoir, j'ai vu des enfants d'agriculteurs de même pas 10 ans battre avec des cannes en bois des veaux qui refusaient d'avancer car exténués, j'ai vu des agneaux parqués comme des sac à patate, assoiffés, j'ai vu des chevaux, plus maigres que jamais, déformés, avec le bassin plus haut que l'encolure, la crinière dans un état lamentable, qui attendaient patiemment qu'un boucher veuille bien les acheter, j'ai vu des taureaux accrochés par les cornes aux barreaux d'un enclos, tellement bas qu'ils étaient obligés de se mettre à genoux sur le béton, la tête coincée aux barreaux, j'ai vu la misère animale, une scène sans nom d'animaux mutilés, souffrants, angoissés et stressés, crevant de chaud sous le poids des autres, battus à tout bout de champs sans aucune raison, seulement par plaisir.
Je me suis approchée d'un enclos dans lequel il y avait des veaux de même pas 3 mois, j'ai demandé au premier venu s'il était possible de leur amener à boire, il m'a ri au nez en hurlant à tous ces collègues « hey ya la gosse qui veut donner à boire aux veaux ahahaha ».
Cela a fait rire tout le monde, j'avoue que je n'ai pas compris.

Une guide nous a expliqué le fonctionnement de la foire, et en passant devant une vache laitière très très très maigre, elle nous a dit « tiens voilà un cadavre ambulant qui finira en steak haché »... Comment peut on sortir une connerie de la sorte ? Tous les débiles de ma classe ont explosé de rire en répétant « cadavre ambulant » à la pauvre vache qui se trainait, boitant et soufflant.
Quand on voit quelque chose comme ça, on se demande vraiment pourquoi on fait partie de la même espèce que tous ces salauds, ces tarés qui se tortillent de joie devant la souffrance animale, qui battent à tour de bras des animaux qui ne comprennent même plus pourquoi on les frappe, ces hommes qui se disent supérieurs aux animaux.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site