Vaches

La 2ème année, nous devions nous occuper des vaches de l'exploitation. On ne croirait jamais, en voyant les belles vaches paîtrent dans les prés, qu'elles ont subi des atrocités sans nom. Je suis tout simplement tombée des nues ! Je pensais avoir vu suffisamment d'horreurs avec les agneaux, mais je n'avais vu qu'une infime partie de toute l'horreur qui existe dans ce milieu sordide. Il s'agissait d'une exploitation de Vaches Laitières... Ce qui est, selon mon expérience, bien pire qu'une exploitation de Vaches à Viande.

Tout d'abord, les vaches sont inséminées (donc par conséquent violées) tous les ans. L'agriculteur choisi son taureau dans un catalogue comme s'il s'agissait d'un objet. Il prend en compte tous les « index » et tous les résultats de reproduction du fameux taureau en question. Il choisi le « meilleur ». Pour l'insémination, les vaches sont maintenues dans les « cornadis », cette chose métallique qui leur coince le cou de manière à ce qu'elles ne puissent plus reculer. L'inséminateur enfonce alors sa main dans le rectum de la pauvre vache qui se tort dans tous les sens sans pouvoir se dégager (imaginez la sensation...) afin de pouvoir trouver les trompes de la vache. Ensuite il enfonce la sonde dans le vagin de la vache et il verse la semence du taureau.

Insémination d'une Vache Laitière prise dans les cornadis

Source : internet

Cornadis

9 mois plus tard nait un petit veau. Le malheureux ne sait pas ce qui l'attend. On le laisse 12h avec sa mère, le temps qu'il boive le fameux « colostrum » (le liquide qui vient avant le lait et qui permet aux nouveaux nés d'avoir tous les anticorps nécessaires pour se défendre contre les agressions extérieures) puis ensuite il est emmené dans une « niche à veau » loin de sa maman, qu'il ne reverra jamais. Les pleurs de la mère appelant son petit disparu sont très prenants. Les veaux sont bouclés comme les agneaux. 

Si le veau est un mâle et que la mère est une très bonne vache, il se peut qu'il ait la « chance » de devenir Taureau reproducteur pendant quelques années. Sinon, et c'est ce qui arrive dans la majorité des cas, il est enfermé dans la « niche à veau » pendant 2 mois, afin d'être complètement anémié. Impossible pour lui de bouger, il peut seulement se lever et se coucher. Puis un jour un camion viendra le chercher et on le forcera à avancer en lui tordant la queue et en le frappant, alors qu'il n'a aucun muscle et qu'il n'a jamais marché (imaginez la douleur). Tout ça pour le bon plaisir des hommes : pour que la viande soit blanche.

Si le veau est une femelle, elle sera gardée comme femelle reproductrice qui servira à renouveler le troupeau. Dans ce cas son calvaire commence. Dès son plus jeune âge, on va l'écorner (Sujet d'un TP) en lui appuyant sur la tête à l'endroit présumé où les cornes pousseront, un tube métallique chauffé à 400°C. Cet appareil de torture leur brûle littéralement la peau (et le peu de cartilage qui allait un jour devenir une corne). Il faut voir ces pauvres petits bébés meugler de douleur, voir leurs yeux sortir de leurs orbites tellement la douleur est importante et les voir se tordre dans la cage munie de cornadis dans laquelle on les a enfermés.  C'est sans parler des commentaires débiles des abrutis finis de ma classe « mais non t'as pas mal » ou encore « plus tu gueules plus c'est long! » et pour finir « ahaha t'as vu ses yeux » et de l'odeur nauséabonde qui s'échappe. Bien sûr le professeur laisse les élèves faire le travail histoire que la bête souffre bien. J'étais la seule, sur une classe de 31 élèves, à avoir refuser de faire souffrir inutilement un animal. Tout le monde est « passé » en disant non au départ puis finalement en acceptant.

La cage de contention dans lequel on met le veau qui va se faire écorner et l'appareil de torture par terre (source : moi même)

Le veau est amené dans la cage

Ecornage (dsl pour la durée et la qualité)

Autres vidéos, source : internet (on entend mieux les veaux pleurer)

Les veaux se font ensuite pincer, tordre, frapper la queue pour qu'ils avancent ; comme un gouvernail. Les pauvres ne sont pas assez traumatisés de leur « expérience dans la cage » il faut en plus qu'on les frappe pour les refaire entrer dans les enclos. Le premier de la série ne sait pas ce qui va lui arriver mais tous ceux qui passent après lui, l'ont entendu hurler et sont complètement stressés avant même d'être enfermés dans la cage. Ce passage m'a particulièrement choqué. Une fois écornés, on leur met un petit coup de bombe violette sur la tête.

 

Vous regarderez dans les prés, les rares vaches qui broutent, si elles ont des cornes...

 

Où sont les cornes ?

 

 

Les veaux sont nourris avec du lait en poudre, normal pour une exploitation qui vend des milliers de litres de vrai lait, provenant en plus de leur maman, à eux. Lorsque les petites génisses (veaux femelles n'ayant pas encore vêlé) on atteint l'âge de 1 an, elles sont inséminées (comme expliqué plus haut) et mettrons bas de leur premier veau à l'âge de 2 ans. A peine le veau est né qu'elles sont réinséminées afin de remettre bas l'année d'après et ainsi de suite pendant environ 6-7 ans. Passées cet âge, elles sont envoyées à l'abattoir, si elles n'ont pas eu de problèmes de santé avant.

Les vaches laitières font donc veaux sur veaux, comme si leur corps pouvaient le supporter, tout ça pour que les hommes leur volent leur lait et le boivent (seul être vivant à ne pas être sevrés ?).

Video sur les conditions de vie des Vaches Laitières

Il fallait pendant l'année que je fasse un stage d'une semaine à la ferme pour assister à la traite du matin... mon dieu, au secours...

La plupart des vaches sont piquées aux hormones avec la même seringue posée sur un plateau jamais nettoyé et rempli de crottes de mouches. La seringue n'a jamais été changé pendant toute la semaine où j'ai fait la traite. Le fermier les pique directement dans le trayon (le trou du pis) pour que le lait vienne plus vite.

Une des seringues utilisée pour vacciner les vaches... (toujours la même)

On leur pompe tout leur lait avec les trayeuses automatiques de maintenant, les vaches sont rangées à la queue leu leu, 4 par 4. J'imagine à quel point cela doit être agréable pour elle.

Chaque trayeuse possède un mécanisme qui identifie les vaches et qui détecte la quantité et la qualité du lait de ces dernières. Les vaches sont ensuite classées dans un tableau, les meilleures restent, les moins bonnes sont virées ! (on dira pas où !) Comme si elles étaient responsable du taux de cellule dans leur lait, ou du fait qu'elles aient attrapé une mammite !

Traite de Prim' Holstein

Source : internet

Sans parler de leur blessures aux pieds qui les font boiter comme jamais. Car la plupart des vaches laitières ne voient jamais la lumière du jour, ni la bonne herbe verte. Elles sont parquées dans un bâtiment sombre, sur du béton qui leur bousille les sabots et les articulations, de la merde jusqu'aux genoux, entassées dans des « couchettes » bien trop petites pour elles (Les stabulations libres à aire paillée se font rare...) Et leurs journées se résument à stabulation, salle de traite, stabulation, salle de traite...

Exemple de couchette sur du béton 

Source : internet

Avec leurs gros problèmes de sabots, certaines n'arrivent même plus à marcher et se trainent, certaines sont même déformées (bassin plus haut que les épaules, pattes retournées, mamelle tellement imposante à cause de la sélection qu'elle les empêche de bouger les postérieurs...)

La sélection permet donc aux hommes de faire d'énormes rentrées d'argent sans se soucier de ce que peuvent bien ressentir les animaux. Des mamelles plus imposantes avec plus de lait ! Des vaches piquées aux hormones pour qu'il en sorte plus de lait ! Des vies plus courtes mais plus productives, et des crétins encore plus crétins pour inventer encore d'autres trucs plus crétins encore.

J'ai vu pendant une des visites, une exploitation de 100 VL tenue par un seul homme. Pas de salle de traite, une seule grande stabulation en béton, avec... un robot de traite. Les vaches rentraient dans le robot, un système totalement électronique trouve les trayons des vaches à l'aide d'un laser, trait les vaches et calcule la quantité de lait produite par vache. Une machine, parmi les machines.... car l'homme prend bien les vaches pour des usines à lait.

Il fallait aussi durant les TP qu'on apprenne à parer les vaches... On attrape la pauvre vache terrorisée, on lui met un licol, on la tire comme on peu pendant que d'autres lui tordent la queue pour qu'elle avance. Puis on la fait rentrer dans une cage de contention et on lui attache les sabots 1 par 1 pour pouvoir lui limer la corne. Toutes avaient des problèmes de pieds ("des cerises" : un abcès) il fallait curer jusqu'à dégager la blessure, puis un petit coup de bombe violette et c'est bon !

Parage d'une vache dans une exploitation de Vache Laitière (le bruit ne stresse pas du tout la vache !)

Source : internet

 

J'ai également visité des élevages de vaches à viande. Dans ce type d'élevage les animaux qui naissent sont destinés à être mangés. Ils sont engraissés jusqu'à un certain âge et ensuite ils partent à l'abattoir.

Les mères vaches sont soit inséminées de la même manière que les vaches laitières (taureau sélectionné sur un catalogue), soit un taureau (séléctionné lui aussi) est lâché dans le troupeau et s'occupe lui même de saillir les vaches.

Quand les veaux naissent, ils ne sont pas arrachés à leur mère, ils peuvent boire le lait qui lui leur destiné et restent avec leur mère jusqu'au sevrage. Ensuite, si le veau est un mâle, dans la majorité des cas il partira à l'engraissement puis sera tuer pour être manger. Si ses parents sont "très bons" il se peut qu'il soit envoyé en centre d'insémination pour servir de taureau reproducteur pendant quelques années. Si le veau une femelle, elle pourra suivre ses frères à l'engraissement ou sera gardée pour renouveler le troupeau. Quand les mères vaches prennent de l'âge (6-10ans) elles sont envoyées à l'abattoir et il faut bien assurer la relève.

Il s'agit souvent d'élevage extensif où les animaux ont accès à des pâturages pour brouter tranquilement le temps de la gestation, de la lactation ou de l'engraissement, c'est pour ça que je pense que ces élevages sont moins pires que ceux des vaches laitières. Mais cela ne justifie pas pour autant leur exploitation, d'autant qu'il en existe aussi en hors sol.

Dans la plupart des exploitations, les vaches à viande sont elles aussi écornées. Certaines fois, elles ne sont pas écornées jeunes mais plus tard leurs cornes gènent et elles sont coupées à la scie, au fil ou au raboteur, sans anesthésie.

Pour les déplacements d'un pâturage à l'autre, d'une stabulation à l'autre etc. les coups de bâtons sont toujours présents. Les conditions de vie dans les bâtiments sont toujours les mêmes. Sur du béton ou de la paille souillée, les vaches ont beaucoup de problèmes aux articulations et aux pieds.  

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site